La kinésithérapie signifie traitement par le mouvement, la masso-kinésithérapie est la thérapie de la gestuelle humaine. Elle agit au niveau musculaire et articulaire. Les techniques sont utilisées dans le but de la rééducation du mouvement et ainsi que de la posture de la personne.

Le masseur-kinésithérapeute intervient souvent à la suite d’une entorse, d’une scoliose, de difficultés respiratoires, une hospitalisation, une chute de vélo… Autant de situations où le masseur-kinésithérapeute est indispensable.
La masso-kinésithérapie concerne également les techniques de kinésithérapie respiratoire des nourrissons atteints de bronchiolite, pour aider à l’expulsion des mucosités, et la réalisation d’une contention élastique (strapping), souple (soutien du bras, bandage coude au corps) ou rigide (corset pour immobilisation du rachis).

Un des actes de la masso-kinésithérapie est le massage, c’est-à-dire la sollicitation des tissus (muscles, tendons ou encore tissus sous-cutanés) du patient par différentes techniques manuelles. La kinésithérapie utilise différents moyens physiques (la chaleur, le froid, des courants électriques, des ultrasons, des infrarouges) afin de réduire la prévention, connexes à celles de l’ergonomie et ergothérapie, afin de favoriser ou de rendre autonome une personne dans ses actes de la vie quotidienne, d’adapter le poste de travail d’une personne, par exemple dans le cadre de la prévention des maladies professionnelles ou encore afin de former le personnel manipulant des charges importantes.

Sur prescription médicale, le kiné peut réaliser des bilans de capacité. Il intervient parfois, sans prescription médicale, dans le domaine sportif (remise en forme, relaxation, massage…) ou esthétique (exercices de relaxation pour le visage, par exemple).

Références
www.onisep.fr
wikipedia.org
www.letudiant.fr